Réminiscences d'un petit Pays

25 tirages argentiques sur papier baryté mat, 20x20 cm,

1 bande son 4min13sec

MIN_Culture_RVB.jpg
1_AM_logo_DEFINITIF_version principale.jpg

Résidence soutenue par

le ministère de la Culture et les Ateliers Médicis

 Comment se construit l’identité d'un territoire à la fois ancien et renouvelé ?

Jeanne Minier poursuit ses pistes de recherches autour de la mémoire des espaces en prenant le biais de l’appropriation des souvenirs d’autrui afin de porter un regard à la fois historique, actuel et poétique du renouveau du territoire de Caumont sur Aure.

Gaston Bachelard, dans ”La poétique de l’espace“ parle de la maison comme d’un lieu où nous mettons notre intimité, nos souvenirs, nos rêveries. En parlant de l’espace de la chambre, il dit : « Les valeurs d’intimité sont si absorbantes que le lecteur ne lit plus votre chambre : il revoit la sienne. »
En ce sens, les lieux que nous fréquentons quotidiennement fonctionnent ainsi : nous y plaçons des souvenirs et lorsqu’on les raconte, nos auditeurs pensent aux leurs. La photographie est une relecture de la mémoire qui permet de revoir un espace temps vécu et passé avec un regard actuel. Par ce geste d’appropriation des mémoires et de l’espace, l’artiste essaye de montrer que sans avoir eu l’expérience d’un quelque part, nous pouvons nous y identifier grâce à notre propre vécu.

L’artiste s’approprie les souvenirs de habitants de Caumont-sur-Aure comme si c'était les siens et crée à partir d’eux un personnage de fiction qui mêle la mémoire des habitants ainsi que la sienne. En utilisant la photographie argentique et le son, elle tente de produire des “preuves“ de vie de ce personnage. 

Reminiscencesdunpetitpays-01.jpg
Aout02-01.jpg
Juillet0421-01.jpg
Juillet0121-08.jpg
Juillet0321-06.jpg
Juillet05-09.jpg
Juillet0421-08.jpg
Juillet05-08.jpg
Reminiscencesdunpetitpays-09.jpg
Reminiscencesdunpetitpays-11.jpg
Reminiscencesdunpetitpays-10.jpg
06.jpg
07.jpg